Les excursions en kayak de mer qui se déroulent dans des zones soumises à d’importants courants de marée nécessitent la consultation de l’atlas des courants de marée de la zone concernée afin de déterminer les heures d’étale, de crue maximale et de jusant maximal, que votre objectif soit de jouer avec les courants ou d’éviter leurs effets.

Canoë gonflable pas cher intex excursion

Que sont les courants de marée ?

Le mouvement vertical des marées qui montent et descendent près de la douche crée des courants, qui se déplacent horizontalement selon que la marée monte ou descend. Lorsque la marée monte, le courant se déplace vers le rivage et est appelé courant de crue. Lorsque la marée descend, le courant s’éloigne du rivage et s’appelle courant de jusant.

L’étale de courant (ou le « virage ») est le moment où un courant de marée inverse sa direction et tourne pour s’écouler dans la direction opposée. C’est le moment où les courants sont minimes ou inexistants et où l’eau est la plus calme pour un voyage en toute sécurité. Les informations contenues dans l’atlas des courants de marée vous indiqueront également le moment du flux maximal et du reflux maximal, ainsi que leurs vitesses respectives, en nœuds.

Il est relativement simple de trouver l’étale, le flot maximal et le jusant maximal de cette manière. Le cycle des courants de marée est tel qu’un courant de flot ou de jusant dure environ 6 heures et demie. Le cycle des courants de marée est tel que la durée d’un courant de flot ou de jusant est d’environ 6,5 heures. Le courant commence ensuite à ralentir à nouveau, en direction de la prochaine étale, et cette décélération prend également environ trois heures.

Le bon sens pourrait vous amener à penser que cette accélération et cette décélération progressent de manière logique et linéaire de l’étale à la vitesse maximale et vice-versa. Mais ce n’est pas le cas. Pour prévoir les débits entre le maximum et le mou, vous devez utiliser la règle des tiers.

Canoë gonflable pas cher intex excursion pro

Utilisation de la règle des tiers

La règle des tiers divise chaque moitié de la marée montante ou descendante en trois segments d’une heure et stipule que le courant atteint environ 50 % de sa vitesse maximale au cours de la première heure, 90 % au cours de la deuxième heure et 100 % au cours de la troisième heure. Le courant décélère ensuite jusqu’à l’étale dans le même ordre.

La règle des tiers montre qu’il est important de voyager à proximité de l’heure exacte de l’étale si vous voulez éviter de pagayer dans le courant, car la vitesse s’accélère rapidement après le retour de la marée. Elle montre également que si vous voulez jouer dans le courant, il est préférable de choisir une vitesse maximale à laquelle vous êtes à l’aise pour pagayer, car le courant se déplace à plus de 90 % de cette vitesse la plupart du temps.

La règle des tiers n’est qu’une règle empirique. Faites vos devoirs, étudiez les guides et recherchez les connaissances locales, car la vitesse du courant est loin d’être le seul indicateur du danger potentiel d’un courant de marée. La géographie du fond, le vent, la profondeur de l’eau et les rivages y contribuent grandement.

De plus, les grosses tempêtes peuvent perturber le flux des courants de marée et réduire la précision des prévisions de la table des courants. Il faut donc laisser le dernier mot à une évaluation visuelle de la scène. Si les calculs sont bons mais que le courant semble mauvais, faites confiance à vos yeux et prenez vos décisions en conséquence.

Canoë gonflable pas cher intex explorer pro 100

Un exemple de la règle des tiers

Si vous avez un passage de marée qui déborde à un maximum de 10 nœuds à 15 heures, vous pouvez supposer le schéma suivant. La même formule s’applique aux courants de marée descendante.

  • Heure zéro (12 h) : 0% d’étale, tournant à la marée montante = environ 0 nœud.
  • Première heure (13 h) : 50 % d’augmentation de la vitesse = environ 5 nœuds.
  • Deuxième heure (14 h) : vitesse croissante de 90 % = environ 9 nœuds.
  • Troisième heure (15 h) : 100 % de la vitesse maximale = environ 10 nœuds.
  • Quatrième heure (16 h) : vitesse décroissante de 90 % = environ 9 nœuds.
  • Cinquième heure (17 h) : vitesse décroissante de 50 % = environ 5 nœuds
  • Sixième heure (18 h) : 0% d’étale de courant, virage au jusant = environ 0 nœud.

Sauver un canoë submergé avec le Capistrano Flip

Lorsque vous pagayez sans autre embarcation à proximité, un chavirement signifie l’autosauvetage. Si vous êtes près de la rive, il peut être possible de nager en tirant votre canot submergé, mais c’est encore moins amusant qu’il n’y paraît. Si vous êtes loin de la rive, vous devrez évacuer le plus d’eau possible et tenter de rentrer. Le Capistrano flip est une technique d’autosauvetage qui vous permettra de sortir de l’eau profonde et de reprendre votre route.

Soulever le plat-bord

Les deux pagayeurs se placent du même côté du canoë chaviré, en tenant toujours les pagaies. Soulevez le plat-bord le plus proche de vous hors de l’eau.

Faites basculer le canoë

Placez-vous l’un en face de l’autre et rangez vos pagaies entre les bancs et les sièges pour qu’elles ne s’envolent pas. En comptant jusqu’à trois, faites basculer le canoë sur vous à l’unisson.

Rouler à l’endroit

Utilisez l’élan de cette action, ainsi qu’un puissant coup de pied en ciseaux tout en redressant les bras pour pousser le canoë vers le haut et sur le côté. Le but est de le faire rouler à la verticale en l’air.

Assurez-vous de ne pas être submergé

Même si vous ne parvenez pas à évacuer toute l’eau, le franc-bord sera suffisant pour vous permettre de rentrer dans le canoë et de le renflouer ou de pagayer jusqu’au rivage.

Rentrez par les côtés opposés

Pour rentrer, placez-vous sur des côtés opposés. En tenant le plat-bord, donnez de puissants coups de pied en ciseaux pour vous relever et sortir de l’eau.

Travaillez avec votre partenaire

Chronométrez vos actions pour qu’elles coïncident avec celles de votre partenaire. Penchez-vous vers l’avant, en maintenant le poids de votre torse aussi près que possible de la ligne centrale. Tendez la main vers le plat-bord opposé, tournez et ramenez vos fesses dans le canoë.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.