Il s’agit d’une activité à la portée de tous, pour les personnes bien entraînées comme pour les paresseux : vous pouvez pagayer avec puissance, pour accélérer sur l’eau, ou vous détendre, pour glisser doucement. Vous pouvez le faire à la mer, au lac et même sur les rivières et les ruisseaux, et dans tous les cas, vous vous remettrez en phase avec la nature, pour pouvoir accéder à des vues de paysages autrement impossibles à atteindre. Nous parlons bien sûr du canoë et du kayak : une fois qu’on l’a essayé, ce sport reste dans le sang, et l’envie de retourner pagayer placidement ou non au milieu de l’eau revient à pratiquement tout le monde. Le problème, cependant, c’est que tout le monde n’a pas la possibilité d’acheter un kayak rigide : d’une part, il y a un manque d’espace pour le garder à la maison, et d’autre part, il manque la possibilité de pouvoir le transporter de temps en temps à la mer ou au lac. Le canoë gonflable est donc l’alternative. Mais quelle est la fiabilité des kayaks gonflables ? Est-il difficile de les gonfler ? Sont-ils stables ? Et les réparations sont-elles possibles ? Dans cet article, nous répondrons à toutes ces questions, afin que vous puissiez savoir si un canoë gonflable vous convient ou non.

Canoë gonflable 1 place

Canoë gonflable 1 place intex set kayak challenger

Quelle est la différence entre un canoë et un kayak ?

Vous avez peut-être remarqué, au début de ce billet, que nous avons utilisé deux mots différents pour désigner le même objet. Mais est-ce vraiment le cas ? Le canoë et le kayak sont-ils en fait la même chose ? Dans le langage courant, on peut certainement utiliser l’un ou l’autre terme pour désigner cette embarcation gonflable particulière. Mais lorsque vous décidez d’en acheter un, vous devez savoir clairement quelle est la différence entre l’un et l’autre. Ou plutôt, quelles sont les différences, au pluriel.

Partons de l’hypothèse que, de manière générale, le terme canoë est utilisé pour désigner toutes les embarcations qui sont propulsées à l’aide d’une pagaie. On pourrait donc commencer par dire qu’un kayak est un canoë, mais qu’un canoë n’est pas nécessairement un kayak. Mais si l’on approfondit la question, on découvre que le canoë, dans son sens spécifique, désigne l’embarcation typique de l’Amérique du Nord dans laquelle le kayakiste est à genoux et utilise une pagaie unique. En bref, pour être précis, le terme canoë finirait par s’identifier au type de canoë canadien. Par souci de simplicité, le terme kayak est donc utilisé pour désigner toutes les embarcations conduites par un canoéiste confortablement assis et utilisant une pagaie à deux pales. Lorsque nous regardons dans nos mers et nos lacs, nous voyons donc surtout les kayaks, plus confortables, qui sont plus nombreux que les canoës. Le kayak, entre autres, est plus facile à diriger (grâce à la double pagaie) et plus stable (grâce au centre de gravité bas) et convient donc mieux aux débutants dans ce sport.

Canoë gonflable 1 place bestway hydro force

Avantages et inconvénients des kayaks gonflables

Après avoir vu les principales différences entre un canoë et un kayak, nous pouvons maintenant nous intéresser aux particularités des kayaks gonflables. Ceux qui n’ont possédé ou utilisé que des kayaks rigides jusqu’à présent peuvent légitimement s’interroger sur la stabilité et la résistance des modèles gonflables, et donc sur les inconvénients qu’ils peuvent présenter par rapport aux embarcations plus classiques.

Commençons d’emblée par dire que l’on peut effectivement être surpris par la praticité, la fonctionnalité et la sécurité des kayaks gonflables. Mais procédons dans l’ordre : quels sont les avantages de ces embarcations gonflables ?

Tout d’abord, les kayaks gonflables sont très faciles à transporter. Une fois dégonflés et rangés dans leur sac, ils peuvent être glissés dans le coffre, prenant peu de place. Lorsqu’on s’approche de l’eau, on peut donc simplement les porter sur l’épaule, en partant du principe que le poids moyen de ces dispositifs va de 5-6 kilogrammes pour les modèles les plus simples à 12-13 kilogrammes pour les kayaks gonflables les plus complexes.

En outre, les kayaks gonflables sont généralement moins chers que leurs homologues rigides. Nous parlons très souvent d’un coût inférieur de 40 à 60 %, ce qui rend en fait les structures gonflables accessibles à tous, même à ceux qui utilisent rarement leur kayak. De plus, les kayaks gonflables sont très faciles à utiliser : il suffit de les gonfler (en quelques minutes) et de les mettre à l’eau, une opération très simple grâce à leur légèreté (ce n’est pas exactement la même chose avec les kayaks rigides), puis, une fois l’utilisation terminée, de les dégonfler et de les ranger…

Bien sûr, il n’y a pas que des avantages. Les kayaks gonflables ont également des limites : les matériaux dans lesquels ils sont construits sont très résistants – au même titre que les bateaux gonflables. Ils sont principalement constitués de polyamide et de PVC robuste, qui résistent à la fois aux chocs et aux abrasions. On ne peut toutefois pas atteindre le même niveau de résistance qu’avec les modèles rigides, qui peuvent également résister (pas trop fort, il faut le dire) à des collisions avec des rochers pointus. Un autre aspect à prendre en compte est la capacité, qui n’est pas aussi élevée dans les modèles gonflables que dans les modèles rigides. Mais il s’agit d’un problème relatif : si vous n’utilisez pas le canoë pour de longues excursions de plusieurs jours, avec la nécessité d’emporter une tente, des provisions, etc., le problème n’existe tout simplement pas (il faut également souligner que les meilleurs modèles ont de toute façon des capacités de charge respectables : le kayak gonflable Plastimo, par exemple, a une capacité de 113 kilogrammes, tandis que certains modèles de kayak Sevylor dépassent confortablement les 200 kilogrammes de capacité maximale).

Canoë gonflable 1 place bestway couleur bw65097

Utilisation correcte du kayak gonflable

Pour s’amuser avec un kayak, il n’est pas nécessaire de prendre des leçons particulières d’aviron, ni, heureusement, de posséder un permis. Cela ne signifie pas pour autant que l’on puisse se jeter à l’eau distraitement et sans aucune idée de la manière d’utiliser cet outil. Tout d’abord, il est nécessaire de vérifier les prévisions météorologiques, afin de s’assurer que vous ne serez pas pris dans une tempête loin de la côte ou d’un point d’atterrissage ; ensuite, il est nécessaire d’équiper tous les passagers – et surtout ceux qui ne savent pas très bien nager – de gilets de sauvetage.

Avant de mettre le kayak à l’eau, il faudrait alors vérifier les bouchons de pression et de valve, et s’assurer que le poids est bien réparti. Une fois dans l’eau, même si c’est dans un contexte récréatif, il est nécessaire de se rappeler les principales règles de sécurité, en s’éloignant des bateaux et bien sûr des personnes dans l’eau, et en ne perdant jamais de vue le lieu d’atterrissage de fortune le plus proche. Les manœuvres brusques sont à éviter pour ne pas risquer le chavirage, ainsi que tout contact avec des objets pouvant mettre en danger les chambres à air. Il est donc absolument déconseillé de fumer à bord.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.