Voici une liste de conseils que j’ai trouvés utiles lorsque je pagaie avec différents groupes.

La dynamique des groupes de pagayeurs est très intéressante et elle varie d’un groupe à l’autre. J’ai pensé compiler une série de conseils qui ont fonctionné pour moi dans le passé, lorsque j’ai découvert comment chaque groupe s’entendait et comment chaque groupe aimait être sur l’eau.

Quel type de pagaie ?

La première chose que j’apprécie, que je sois le chef de groupe ou quelqu’un d’autre, c’est qu’il y ait une définition de ce que sera la pagaie. S’agit-il d’une pagaie de loisir d’une journée entière ? S’agit-il d’une courte pagaie de loisir ? S’agit-il d’une journée d’entraînement dans des conditions difficiles ?

Presque tous les membres du groupe savent exactement ce qui les attend avant de se présenter pour pagayer. Ils savent comment s’habiller, ils savent quelle nourriture apporter, ils savent quelle quantité d’eau apporter, ils savent qui appeler s’ils veulent inviter quelqu’un d’autre. Il en va de même pour le niveau d’expérience en matière de pagaie.

Souvent, les groupes disent que si vous voulez vous joindre à eux, vous devez savoir ceci, cela et cela, ou vous devez avoir appris au moins ce type de sauvetage, ou il s’agira d’une session de formation. Il est bon de définir ces choses avant que le voyage n’ait lieu.

Canoë gonflable semi rigide sevylor tahiti plus

Vérifiez les tirettes des jupes de tout le monde

Ce point s’applique si vous pagayez avec un groupe qui utilise des jupes. C’est une chose que je fais tout le temps et que j’aime transmettre aux nouveaux pagayeurs, car il est très facile de commettre l’erreur de vérifier, avant de partir, que tous les membres du groupe ont bien fixé leur jupe à l’extérieur du cockpit.

C’est très facile de faire l’erreur de les garder rentrées. Il suffit de regarder autour de soi et de s’assurer que la languette de tout le monde est sortie afin qu’il soit facile de tirer la jupe. Ce n’est pas crucial pour la sécurité parce que vous pouvez retirer une jupe de l’hiloire sans la tirette, mais cela peut être un moment très effrayant si vous êtes à l’envers et que vous cherchez la tirette et qu’elle n’est pas là.

Je trouve que c’est une chose rassurante et que c’est assez facile à faire. Je regarde simplement autour de moi et je m’assure que la tirette de tout le monde est sortie avant de partir.

Canoë gonflable semi rigide cove champion

Vérifiez les écoutilles de tout le monde

Tout comme les jupes et les tirettes, il en va de même pour les panneaux d’écoutille. Lorsque nous recevions notre formation et notre certification, nos instructeurs ouvraient nos écoutilles chaque fois que nous faisions une pause ou que nous déjeunions, afin que nous ne remarquions pas que, lorsque nous retournions sur l’eau, que nous faisions un sauvetage, un chavirage ou un exercice, nos écoutilles étaient soudainement remplies d’eau. Une des choses que nous avons pris l’habitude de faire est de vérifier chaque fois que vous retournez sur l’eau que toutes vos écoutilles sont bien fermées.

C’est très facile de les manquer. Je les rate encore de temps en temps. Si vous êtes sur l’eau, vous sortez quelque chose rapidement, vous prenez un sandwich ou peut-être de la crème solaire, ou lorsque vous êtes sur la plage, vous vous souvenez que vous devez changer la batterie de votre appareil photo, et vous oubliez alors de fermer complètement vos écoutilles. Bien sûr, cela ne s’applique que si vous pagayez avec un groupe dont les écoutilles sont scellées, mais de nos jours, beaucoup de kayaks ont des écoutilles scellées et je pense que cela s’applique. Vider une trappe pleine d’eau est une tâche pénible si vous êtes sur l’eau pour effectuer un sauvetage, il est donc beaucoup plus facile de regarder autour de vous et de vérifier vos trappes. Demandez autour de vous, assurez-vous que tout le monde va bien, puis partez. Il est également bon de regarder les écoutilles des autres pendant que vous êtes sur l’eau.

Canoë gonflable semi rigide intex excursion pro k1

Communication (visuelle et technologique)

Le prochain point que je trouve très important, et qui change tellement d’un groupe à l’autre, c’est la communication. Signes de la main et appareils de communication. Vous devez discuter de toutes ces choses dès que vous rejoignez un nouveau groupe. Tout le monde a des signaux manuels différents. Il y a quelques signaux qui sont en quelque sorte universels. Souvent, les gens diront que si vous vous tapez la tête, c’est pour demander « ça va ? » et que vous tapez à nouveau pour dire « oui, ça va », ou que si vous utilisez une pagaie pour la tenir en l’air, cela signifie généralement « viens vers moi », et que si vous tenez une pagaie au-dessus de votre tête, cela signifie généralement « stop » ou « reste en place ».

Les différents groupes ont des signaux différents, il est donc toujours bon de les connaître à l’avance pour que, lorsque vous êtes sur l’eau, si quelque chose se produit, vous n’ayez pas à essayer de comprendre ce que les gens disent. Cela commence même par des dispositifs de communication aussi petits qu’un sifflet sur votre VFI, que tout le monde devrait avoir, car si quelqu’un est un peu plus loin de vous et qu’il n’est pas capable de vous entendre, mais que quelque chose vous arrive à vous ou à quelqu’un près de vous, vous pouvez facilement souffler dans le sifflet pour attirer l’attention des gens et obtenir de l’aide. Mais cela va encore plus loin, selon le type de canotage que vous pratiquez.

Mon groupe a toujours des radios VHF et la plupart des groupes que je rejoins en kayak de mer ont aussi des radios VHF. Chaque groupe semble utiliser l’un des nombreux canaux de loisirs, mais vous devez déterminer quel canal à l’avance. Même si vous ne pensez pas que vous allez utiliser la radio toute la journée, il est toujours bon d’en parler au moins à l’avance. « Sommes-nous sur le canal 68, le canal 69 ? » ou tout autre canal de loisir dans votre région particulière. Discutez-en à l’avance, mettez-le dans votre radio, rangez-la et vous êtes prêt à partir.

Connaissance des conditions de santé des groupes

Le sujet suivant peut être un peu délicat, mais je pense qu’il est très important. Il s’agit des problèmes de santé. Ce que je veux dire, c’est que souvent, nous voulons garder nos problèmes de santé pour nous, mais quand vous pagayez, selon le niveau de pagayage que vous faites, vous avez essentiellement un groupe qui va prendre soin de vous si quelque chose devait vous arriver dans un endroit éloigné, ou pendant que vous êtes sur l’eau, ou disons que vous surfez ou que vous êtes dans des conditions difficiles. Si vous avez un problème de santé, ils doivent le savoir afin de pouvoir vous aider si quelque chose se produit. Des choses comme : avez-vous des blessures ? Avez-vous des blessures récentes ? Êtes-vous diabétique ? Faites-vous de l’asthme ? Si oui, avez-vous un EpiPen sur vous et où se trouve-t-il au cas où quelque chose se produirait sur l’eau ?

Souvent, la façon de procéder est la suivante : si vous avez un chef de groupe, vous pouvez partager ces informations en privé avec lui et il est alors en mesure d’évaluer et de savoir quand partager l’information avec la personne qui s’occupe de vous à ce moment-là, si nécessaire, afin que cela reste privé. Mais la personne en charge de la sécurité du groupe en tient compte. Cela peut constituer une part importante de la prise de décision. Disons qu’ils voient ou entendent qu’une tempête se prépare, et qu’ils doivent prendre une décision : devons-nous faire cette traversée ? ou devons-nous faire demi-tour à ce moment-là ? et il se peut qu’un membre du groupe ne puisse pas rester dehors pendant de nombreuses heures supplémentaires – ils doivent prendre une décision en fonction de ces nouvelles informations, et si vous ne partagez pas ces informations, ils pourraient prendre la mauvaise décision et ne pas vous aider dans le processus.

Si vous pagayez avec un groupe d’amis, il n’y a pas de problème à ce qu’ils sachent quelque chose comme ça, car nous prenons tous soin les uns des autres sur l’eau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.